Questo sito usa cookie per fornirti un'esperienza migliore. Proseguendo la navigazione accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra OK

Coopération économique

 

Coopération économique

L'économie canadienne ces deux dernières années a enregistré de très bon résultats. L'année 2018 s'est terminée avec un taux de croissance du PIB de 1,8% qui a fait suite à l'excellente performance de 2017 (+ 3%). Le taux de chômage, estimé à 5,7%, est un des plus bas des dernières décennies.

Les analystes s'attendent à un résultat positif également pour le 2019, et les dernières estimations de la Banque du Canada (BdC) - voir le dernier rapport sur la politique monétaire - prévoient un taux de croissance de 1,5 %. Parmi les raisons qui, selon la BdC, ont contribué au ralentissement de la croissance, il y a à la fois des facteurs internationaux (l’incertitude résultant des récentes frictions entre les États-Unis et la Chine dans le secteur du commerce international et notamment la prochaine sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne) et des facteurs internes (consommation plus faible en raison du fort endettement des ménages et réduction des investissements, en particulier dans le secteur des hydrocarbures). L'inflation reste dans la limite de 2%, cible fixée par la BdC qui actuellement maintient le taux au jour le jour à 1.75%.

En ce qui concerne le commerce international, le Canada a amélioré sa balance commerciale de 22,5% en 2018, passant de -15 milliards CAD en 2017 à -11 milliards CAD en 2018 (données: Statistique Canada). L’économie du Canada est très ouverte au commerce international (environ un tiers du PIB provient des exportations). En novembre 2018 le Canada, les Etats-Unis et le Mexique ont signé l'Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) et le « Nouvel Aléna » en vigueur après l’approbation par les assemblées nationales des trois pays signataires. En décembre de la même année l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) est aussi entré en vigueur entre le Canada et 10 pays de la région Asie-Pacifique (Australie, Brunei, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam).

 

Les relations bilatérales

L'Italie entretient d'excellentes relations commerciales avec le Canada et, selon Statistique Canada, au cours de huit premiers mois de 2019 l’Italie est devenu le septième plus important fournisseur du marché canadien, le deuxième en Europe après l'Allemagne. En 2018, les exportations de produits italiens au Canada s’élevaient à environ 9 milliards de dollars canadiens, une hausse de 10.2% par rapport à la même période de l'année précédente, tandis que les exportations canadiennes vers l'Italie étaient de 3 milliards de dollars canadiens (données: Statistique Canada). La balance commerciale a donc enregistré un solde positif pour l'Italie de l'ordre de 6 milliards de dollars.

Parmi les principaux secteurs d’exportation figurent les machines, les automobiles et autres véhicules de transport, les boissons et l’alcool (le vin en particulier) et les produits alimentaires. Dans cette dernière catégorie, l’Italie est le premier fournisseur européen du Canada (et le quatrième au monde). Du Canada l’Italie importe principalement les produits minéraux et chimiques et les machines.


31